S'installer en Nouvelle-Aquitaine

Au cœur d’un réseau de plus d’une 100aine d’adhérents, de partenaires et de mécènes, la Maison de la Nouvelle-Aquitaine est un lieu incontournable pour quiconque prépare depuis Paris son projet d’installation dans la région.

Des professionnels vous donnent rendez-vous

Toute l’année, à l’initiative de l’association, des territoires régionaux et leurs écosystèmes d’acteurs, sont organisés des événements qui ont pour but de faire rayonner des sujets d’actualité par l’intermédiaire de tables rondes et NApéros, d’attirer des talents et de faire connaitre des opportunités professionnelles à travers des journées de job-dating ou encore des manifestations thématiques telles que le forum Néo-ruraux portant sur la reprise agricole.

Vous recherchez des informations plus spécifiques ? L’équipe vous reçoit du lundi au vendredi de 9h à 18h30 : faites-nous part de votre demande, nous tenterons de vous rediriger vers les interlocuteurs en région les plus qualifiés pour vous répondre !

Inscrivez-vous à notre infolettre, en bas de page, pour vous tenir informés des nombreux événements organisés dans nos espaces.

Ils et elles ont choisi la Nouvelle-Aquitaine

Le projet d’une ambassade prend vie à travers ses ambassadeurs. Et pour raconter la richesse des destinations ou des produits, des talents et des énergies, de la qualité de vie de Nouvelle-Aquitaine, nous aimons donner la parole à celles et ceux qui aiment cette région ! La Maison de la Nouvelle-Aquitaine relaye les échanges de Régine Magné avec une personnalité, au total déjà 35 femmes et hommes, artistes, écrivains, chefs cuisiniers, médecins, historiens…

Et il n’y avait pas besoin de les pousser beaucoup, comme l’a remarqué le chef américain Mitchell Altholz qui témoigne de « l’attachement des gens à leur terre et à leur culture. Ils ont raison d’en être fiers. Cette région est wonderful ! ». Plusieurs s’y remémorent des souvenirs, comme Vincent Perrot : « C’est une chance incroyable d’avoir grandi dans une petite ville de province (Confolens). Enfant et adolescent, je me suis senti préservé dans cet environnement bienveillant ». Lien profond partagé par Pierre Bonnier qui, sur place, « se sent 100% Charentais » mais revendique aussi « l’esprit gascon drôle et enjoué », hérité de sa mère. Filiations heureuses, à l’image encore de Marcel Amont qui redécouvre avec passion sa langue natale, le béarnais, parlé par sa mère. « Son attachement est génétique » disait le père de Maya Lauqué, mais « pas besoin d’y être né pour y avoir de solides racines » déclare François Levantal.

LIre le recueil