Agenda de la Nouvelle-Aquitaine à Paris

< Retour à l'agenda

L'amour au temps du confinement

Philippe Brenot, Psychiatre bordelais et Directeur d’enseignement en sexologie à l’Universite Paris V, habitué de la Maison Nouvelle-Aquitaine, vous livre sa précieuse analyse pour "sortir de cette terrible épreuve plus forts et plus solidaires !".

Des jours et des nuits assignés à résidence, avec –dans le meilleur des cas –la ou les personnes de son choix. Situation totalement inédite qu’il faut apprendre à affronter. « Aujourd’hui, l’ennemi est là, invisible, insaisissable, indestructible, et la peur qui est toujours liée à un objet bien précis laisse place à l’angoisse que Pierre Janet avait bien définie comme "la peur sans objet". Le réveil des angoisses c’est le premier avatar qui nous attend dans ce confinement sans qu’on ait eu le temps d’y réfléchir » analyse Philippe Brenot, psychiatre et ethnologue spécialisé dans la sexologie (1).

« Je ne parle pas de n’importe qui dans ce confinement, mais de nous, Aquitains, gens du Sud-Ouest, si proches de l’Espagne et de ses embrassades. Nous sommes des gens de la proximité, des femmes et des hommes du contact, du toucher... tout ce qui nous est aujourd’hui formellement interdit. Le Covid-19 n’a rien compris à la convivialité ! Pour casser la chaîne de la contamination, plus de touchers sinon à l’intérieur d’un même confinement. Cette absence de contact est à l’opposé de notre nature, il va falloir nous y habituer, nous y conformer mais peut-être en lui trouvant d’autres aspects. Les applaudissements des personnels soignants, chaque soir à 20 heures, en sont un exemple, comme les nombreux mails, sms, vidéo conférences qui se veulent des signes d’affection ou des maintiens malgré tout d’une certaine vie sociale » explique le thérapeute bordelais.

 

Qu’en est-il de la famille, du couple, du sexe et de l’amour ? « Ce huis-clos est une situation inédite de névrose expérimentale mettant à l'épreuve le jeu des personnalités, leurs forces, leurs fragilités, leurs failles, leurs défenses. Certains couples en sortiront grandis, d'autres périront » prédit-il.

« Sartre avait pensé le huis-clos avec cette formule désormais classique : "L’enfer, c’est les autres !". Dans cette cohabitation imposée, on peut reprendre la même formule : "L’enfer, c’est l’autre !" . En effet, la situation induite par le confinement peut amener des tensions, des éclats, des explosions... en raison de la mise en présence permanente de celui, ou celle, que l’on ne supporte plus depuis des années et que l’activité professionnelle avait permis, chaque jour, d’éviter. En Chine, on a assisté à une épidémie de divorces dits impulsifs car certains se sont remariés aussitôt après ! »

La solution ? « Accepter d’abandonner le combat et être à l’écoute de l’autre. Ce sera peut-être l’occasion d’une tentative de résolution des conflits. Mon conseil : apprendre à entendre le partenaire dans sa différence, sans réponse ni critique. Et renouer avec des gestes de tendresse, ces petits gestes de contacts qui nous sont si chers. »

Selon Philippe Brenot, le huis-clos pourrait aussi favoriser un nouveau rapprochement en multipliant les contacts corporels. « Les câlins sont générateurs d’ocytocine, l’hormone du lien qui attache le bébé à sa mère et les amants lors du choc amoureux. Mais ce rapprochement ne doit se faire –et devenir sexe –que si le désir est mutuel et dans le respect totaldu consentement que nécessite, plus encore qu’à l’habitude, ce moment inédit. »

Il y aura bien évidemment un avant et un après Covid-19. « Je souhaite personnellement que ce temps de méditation et de recul permette un changement des mentalités, dans les couples, les familles, les villes, que l’on ait réappris à sourire et à dire "bonjour !" aux passants que l’on croise dans la rue... comme dans nos villages – le mien en vallée d’Aspe –où l’on sourit et salue le voisin, même quand on ne le connait pas ! Pour nous permettre de sortir de cette terrible épreuve plus forts et solidaires. »

Recueilli par Régine Magné

(1) Philippe Brenot est psychiatre et thérapeute de couple, auteur récemment de Pourquoi c’est si compliqué l'amour, Comprendre nos différences pour une vie à deux épanouie (ed. Les Arènes) et du blog Liberté-Égalité-Sexualité du Monde.»